Le blog HG des TES 1 et TSTMG 1

La mondialisation n'empêche pas les "nouveaux" murs

8 Novembre 2014 , Rédigé par prof Publié dans #Géo T2 b - Les territoires dans la mondialisation, #Géo T2 a - La mondialisation en fonctionnement

Un excellent numéro de l'hebdomadaire Courrier International à feuilleter pour compléter les cours sur la mondialisation (cours notamment sur les migrations humaines).

Chapitres concernés :

Géo T2 a - La mondialisation en fonctionnement

Géo T2 b - Les territoires dans la mondialisation

 

=> Profitez-en pour cerner ce journal. Quels sont ses spécificités ?

=> En attendant de trouver le numéro de cette semaine, étudiez l'éditorial en repérant les infos nouvelles (et donc à noter) ainsi que la carte ci-dessous :

 

L'édito de Jean-Hébert Armengaud :

“Murus noster”

Il y a vingt-cinq ans chutait le mur de Berlin, broyé en un tournemain par la pression populaire – quelques mois après la première brèche dans le Rideau de fer. Deux événements qui allaient changer la face d’un monde bipolaire, en Europe en particulier, préludes à la disparition de l’URSS et du bloc soviétique. L’année 1989 a ainsi marqué la fin du XXe siècle, sans doute le plus meurtrier de l’Histoire. Au moment où tous les regards se portent sur Berlin, à la recherche des traces du mur disparu, Courrier international est allé enquêter sur les nouvelles barrières érigées depuis vingt-cinq ans à travers le monde.
Paradoxe ou conséquence de la mondialisation ? En ce début de XXIe siècle les murs, barbelés, grilles… prolifèrent. Les plus connus ? La barrière qui s’étend entre le Mexique et les Etats-Unis, ou ces triples grilles hérissées de barbelés qui tentent d’empêcher les clandestins de passer au péril de leur vie dans les enclaves espagnoles de Ceuta et de Melilla, au Maroc (lire cet article). On pourrait citer aussi ce mur entre l’Arabie Saoudite et l’Irak ou celui entre l’Afrique du Sud et le Zimbabwe. Mais le plus meurtrier, le plus infranchissable des murs n’est-il pas celui de la Méditerranée, notamment entre la Libye et l’île italienne de Lampedusa, où tentent de passer réfugiés politiques et victimes de la misère ? Depuis 2000, 25 000 migrants sont morts en Méditerranée, et l’année 2014 est d’ores et déjà la plus meurtrière. Ce n’est plus mare nostrum mais murus noster…

 

Pour visualiser la carte en très grand format  :

http://www.courrierinternational.com/files/2014/hebdos/1253/1253-infographie.jpg

_____________________________

La présentation faite par le journal Le Monde du numéro du Courrier International :

Vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin, combien d'autres fortifications ou démarcations dénombre-t-on dans le monde ? "En 1989, il y avait environ 11 murs, barrières ou clôture dressés", aujourd'hui, on en compte une cinquantaine, selon Courrier international, qui précise que ce chiffre correspond à 8 000 kilomètres de mur bâtis en 25 ans.

L'hebdomadaire établit deux catégories principales de murs en fonction de leur origine : ceux qui ont été bâtis pour "empêcher des conflits ou limiter les actes terroristes" et ceux qui existent pour "empêcher les migrants de franchir les frontières".

Dans le premier cas, il s'agit par exemple des murs qui séparent, de façon discontinue, Israël de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza. Leur construction n'est pas achevée. Le "plus ancien des murs", qui sépare les deux Corées entre également dans cette catégorie, ainsi que le mur marocain, ou "mur des sables", qui coupe le Sahara occidental en deux.

Dans le second cas, on trouve le mur construit entre le Mexique et les Etats-Unis, celui bâtit entre Israël et l'Egypte ou encore celui qui se trouve entre l'Inde et le Bangladesh et détient le record de la fortification la plus longue avec ses 3 000 kilomètres. Courrier international qualifie cette dernière séparation de "gruyère géographique" car il existe de nombreuses enclaves bangladaises à l'intérieur du territoire indien, et vice-versa.

Le visuel montre également que la construction des murs a augmenté de manière exponentielle après les attentats du 11 septembre 2001, passant de vingt à plus de 55 en 15 ans.

La mondialisation n'empêche pas les "nouveaux" murs

Le Dessous des cartes : Les Nouveaux Murs - Cette émission a été diffusée la première fois en mars 2008

Partager cet article

Commenter cet article