Le blog HG des TES 2

« Le Maroc est en train de modifier sa stratégie sur le Sahara occidental »

13 Mars 2017 , Rédigé par prof Publié dans #Géo T3 b - L'Afrique : les défis du développement

Entretien
« Le Maroc est en train de modifier sa stratégie sur le Sahara occidental »

Khadija Mohsen-Finan [politologue spécialiste du Maghreb, chercheuse à l’université Paris-1] décrypte le changement de cap de Rabat après sa réintégration dans l’Union africaine et l’arrivée d’un nouveau secrétaire général à l’ONU.

Propos recueillis par Charlotte Bozonnet - Le Monde, 8 mars 2017

La zone tampon de Guerguerat, à l’extrême sud-ouest du Sahara occidental, a été le théâtre durant plusieurs mois d’un face-à-face tendu entre le Maroc et le Front Polisario [cette région a été évacuée par l'armée marocaine]. Cela aurait-il pu dégénérer en confrontation armée ?

Khadija Mohsen-Finan Je ne pense pas. Il est probable que cela se serait arrêté au stade de la menace car personne ne veut d’une confrontation armée dans cette région.

A la surprise générale, le Maroc a annoncé, le 26 février, son retrait de la zone. Comment expliquez-vous ce recul, très inhabituel pour Rabat ?

Traditionnellement, les Marocains vont jusqu’au bout lorsqu’il s’agit du Sahara occidental. Mais, depuis plusieurs mois, le royaume change de posture. L’épisode de Guerguerat le prouve. Rabat a voulu faire un geste symbolique fort et a trouvé le moment opportun avec sa réintégration au sein de l’Union africaine, en janvier, et l’arrivée d’un nouveau secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, auquel il veut montrer sa bonne disposition à faire des efforts. Le Maroc réalise aussi qu’il ne peut compter sur un affaiblissement du Front Polisario ou du régime d’Alger, ni sur ses amis habituels, tandis que M. Guterres semble vouloir en finir avec une ONU affaiblie. Le Maroc veut apparaître comme un interlocuteur fiable des relations internationales et isoler le Front Polisario en se mettant dans la légalité.

Pourquoi ce nouveau cap ?

Rabat a compris qu’il devait sortir de l’immobilisme. Le statut quo était considéré comme positif dans la mesure où il permettait au Maroc de ne pas essuyer d’échec. Mais il lui est devenu préjudiciable. Cette situation de « ni guerre ni paix » est un obstacle à ses ambitions économiques, politiques, régionales. Par exemple, dans ses relations avec l’Union européenne : en décembre 2016, la Cour de justice européenne a considéré que les accords d’association Maroc-UE ne s’appliquent pas au Sahara occidental.

Avec sa précédente stratégie, le Maroc s’est retrouvé dans une impasse. [...]

Comment peut-on sortir du conflit ?

Il y a trois options : celle d’un Etat sahraoui indépendant, celle d’une confédération et celle d’une autonomie dans le royaume marocain. Je pense que la troisième option est la plus réaliste. Mais pas comme le Maroc l’a jusqu’ici présentée. Il faut que cette autonomie soit négociée, que la population puisse être consultée et que l’accord qui en sortira soit réellement mis en œuvre. Or cette solution n’est pas forcément la plus avantageuse pour le Maroc. Avoir une région réellement autonome, cela veut dire reconnaître l’identité des Sahraouis, négocier avec un acteur qui n’a pas été vaincu et traduire cela concrètement dans les modalités de l’autonomie. Cela veut dire des élections libres, la jouissance des ressources naturelles – ce qui ferait du Sahara occidental une région beaucoup plus riche que les autres, à l’instar de la Catalogne en Espagne – et un enseignement spécifique.

Pourquoi les Sahraouis ne l’acceptent-ils pas ?

Les Sahraouis refusent le plan d’autonomie, car cette offre a été faite de façon unilatérale par le Maroc, sans discussion. Les Sahraouis réclament l’indépendance. Cette demande est devenue une sorte de vote sanction pour dénoncer le fait qu’ils sont maltraités. Mais les Sahraouis auraient tout à gagner à une autonomie à condition qu’elle leur donne de réelles prérogatives. Ils passeraient d’acteur qui se maintient sur plan régional et international à acteur qui a gagné sa place.

En réintégrant l’Union africaine en janvier, le Maroc a-t-il l’objectif de faire expulser la RASD ?

Le Maroc ne peut pas faire sortir la RASD [ République arabe sahraouie démocratique] de l’Union africaine (UA). Les pays africains ne veulent pas que la RASD s’en aille. Le Maroc a mené une politique africaine très offensive. Mais il se rend compte que le fait d’entretenir des rapports économiques très étroits avec un certain nombre ne signifie pas qu’ils se plient à sa volonté. Les pays font la part des choses, à l’instar du Nigeria, qui est engagé dans une coopération économique avec Rabat sans le suivre sur le dossier du Sahara. La décision de revenir dans l’UA fait partie du nouveau cap que le Maroc s’est fixé, car c’est un terrain de négociation. L’Organisation de l’unité africaine (OUA), ancêtre de l’UA, avait été très efficace en 1963 pour le règlement de la « guerre des sables » entre l’Algérie et le Maroc. [...]

Pensez-vous que ce changement de stratégie du Maroc permettra la résolution du conflit ?

La volonté d’un acteur clé de sortir de l’immobilisme est toujours quelque chose de positif. Le Maroc a réalisé que son attitude passée ne lui avait pas permis d’obtenir un règlement. Si le Maroc veut être cohérent, il doit donner des gages, en premier lieu sur les questions des droits humains. Aujourd’hui, les violations demeurent.

On est à la veille du vote pour le renouvellement du mandat de la Mission des Nations unies au Sahara occidental (Minurso), et de la présentation par le secrétaire général de l’ONU du rapport sur la situation au Sahara occidental. M. Guterres demandera-t-il qu’un volet « droits de l’homme » soit ajouté au mandat de la Minurso ? Son rapport pourrait en tout cas introduire des nouveautés, avec des demandes très claires adressées aux deux parties.

L'article en entier sur le site du Monde - cliquez ici

Partager cet article

Commenter cet article