Le blog HG des TES 2

TES 2 - travail pour jeudi 2 mars 2017

1 Mars 2017 , Rédigé par prof Publié dans #TES : Agenda HG

 TES 2 - travail pour jeudi 2 mars 2017

  • Apporter les affaires d'histoire
  • Sur une feuille, répondre aux questions des documents 3 et 4 page 78 (sur la RFA)

----------------------------

les articles du blog à lire s'en tarder :

A Gotha, la naissance de la social-démocratie

LE SPD : 150 ans ! Vraiment ?

----------------------------

Suite du cours (thème 2a) d'histoire sur Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne de 1875 à nos jours.

I - Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne de 1875 à 1945 : de l'unité à la division puis à la répression.

B) La division de la gauche aux conséquences dramatiques (1914 à 1945).
1) La rupture de la gauche allemande.

Page 74

* La Grande Guerre :

1914 : La guerre divise le SPD entre réformistes (socialistes) et révolutionnaires (communistes). Ces derniers prennent le nom de spartakistes (définition page 76). Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht (biographie page 76) sont exclus du parti car ils refusent le soutien à l'effort de guerre.

=> Chaque parti socialiste se rallie à l'effort de guerre de son propre pays. C'est "l'union sacrée" (page 74). Les "révolutionnaires" crient à la trahison.

C'est le débat où s'affrontent l'idéal socialiste internationaliste et l'attachement à la nation. Les nationalismes l'emportent.

=> Le chant des socialistes et des communistes : "L'internationale" - cliquez ici

et ici en musique (interprétation de Marc Ogeret)

* Une division qui s'approfondit.

Il faut aussi prendre en compte les révolutions russes de 1917 (février et octobre). Victoire finale des communistes russes (bolcheviques) qui prennent le pouvoir et négocient le retrait de la Russie de la guerre (slogan bolchevik : "Le pain, la paix, la terre"). Cela renforce les révolutionnaires/communistes européens qui considèrent que l'arrêt de la guerre est donc possible.

=> Plus d'info sur les révolutions russes : cliquez ici

* L'échec de la révolution communiste allemande : page 76 paragraphe C

9 novembre 1918 : Une révolution démocratique met à bas le Second Reich fondé en 1871 et le SPD accède au pouvoir. Proclamation de la République de Weimar. Friedrich Ebert, chef du SPD, devient chef du gouvernement
Janvier 1919 : Fondation du KPD qui tente de faire la "révolution dans la révolution" comme en Russie (1917). En janvier 1919, cette révolution spartakiste/communiste est écrasée dans le sang par un gouvernement dirigé par le socialiste Ebert.
Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht sont assassinés.

Vocabulaire et personnages à connaître : Spartakistes, KPD, Friedrich Ebert, Karl Liebknecht.

 

2) L’opposition frontale entre socialistes et communistes dans les années 20.
Doc 2 Poly 2 : quelles améliorations obtiennent les syndicats socialistes de la part du patronat en 1918 ? Contre quelle promesse ?

Cet accord Stinnes-Legien du 15 novembre 1918 entre le patronat et le syndicat ADGB, proche du SPD, se fait dans un contexte de crainte d'une vague révolutionnaire.
C'est un accord historique avec d'importantes concessions faites aux syndicats par la patronat en contrepartie d'un rejet des thèses révolutionnaires. Une partie importante du syndicalisme ouvrier allemand prend donc ses distances avec l’extrême-gauche communiste.
=> Les spartakistes dénoncent cet accord et cette démarche de compromis.


Doc 3 Poly 2 : comment les communistes perçoivent-ils la social-démocratie ?

=> Les communistes considèrent les socialistes comme des alliés du capitalisme.

De son côté, le SPD classe le KPD parmi les ennemis de la démocratie : doc 1 page 77

Vocabulaire à connaître : komintern, accord Stinnes-Legien (1918)

 

3) L'arrivée au pouvoir des nazis.

Doc 4 page 77 : Les élections au Reichstag entre 1919 et 1933.

Face à une gauche divisée, les nazis progressent électoralement à partir de 1930.

Adolf Hitler devient chancelier en janvier 1933.

La répression hitlérienne anéantit le mouvement ouvrier. Le KPD et le SPD sont interdits (page 76 paragraphe C)
Socialistes et communistes sont massivement arrêtés après l’incendie du Reichstag en fév 1933.


II - La gauche allemande dans une Allemagne divisée (1945 à 1990).

Introduction :

En 1945, la social-démocratie (SPD) et le communisme (KPD) ont été anéantis par le régime hitlérien, les cadres assassinés, enfermés dans des camps ou contraints à l’exil.

La renaissance du mouvement ouvrier se fait dans le contexte très particulier de l’occupation de l’Allemagne par les Alliés, puis, très vite, dans celui de la Guerre froide qui coupe l’Allemagne en deux.

=> De chaque côté du rideau de fer se construit une identité différente pour le socialisme allemand.

1990 : réunification allemande.

Problématique : Entre 1945 et 1990, comment les gauches allemandes font-elles face à la division étatique de l'Allemagne ?

A) La renaissance du mouvement ouvrier dans le cadre des débuts de la Guerre froide (1945- fin 1960’)
Page 78

1) La recomposition des forces de gauche dans l'Allemagne occupée.
Situation de l'Allemagne divisée en 4 zones d’occupation alliées :

Politique des 3 "D" décidée à la conférence interalliée de Yalta (février 1945) puis à celle de Postdam (août 1945).
En zone orientale, les Soviétiques soutiennent les communistes revenus d’URSS et imposent très vite, en 1946, la fusion du SPD et du KPD : c’est la création du SED (doc 2 page 79).

A l’Ouest, le premier parti qui se reforme est le SPD.


Après la crise de Berlin, en 1949, la création de la RFA et de la RDA confirme la division du socialisme allemand.

=> A l’Est, Le SED devient le parti unique qui dirige une démocratie populaire.

=> A l’Ouest, le SPD devient la principale force de gauche, le KPD est interdit à partir de 1956.

 

A venir :

 2) Deux conceptions du syndicalisme

Partager cet article

Commenter cet article